KANDAHAR : 19 & 20-02-2016
J
0
-5
-5
H
-2
0
M
-1
-6
S
-4
-9
facebook Twitter Instagram YouTube
FR EN

HISTORIQUE, ILS EN PARLENT

Guillermo Fayed : le local de l'étape

Guillermo Fayed, troisième du classement général de la Coupe du Monde de Descente 2015, est l’enfant du pays. Il a cette dernière saison « sauté une montagne » a t-il affirmé en se propulsant sur la troisième marche du podium du classement général de la Coupe du Monde de Descente. Et c’est tout Chamonix, fier d’avoir toujours soutenu et accompagné la carrière de l’athlète, qui sera là pour encourager « Gus ».

Comment vois-tu la « Verte » des Houches ?
Cette année, ce sera pour moi ma troisième participation en compétition sur la Verte des Houches… C’est une piste que j’adore, elle est toujours préparée à la perfection, ils nous font un billard…
La Verte se découpe en deux parties… Une première partie très technique, où il y a deux gros sauts et deux prises de vitesse maximale après la Cassure et après le Goulet.
Le Rocher blanc est un virage extrême qui est sans doute la clé de la piste.
Une fois qu’on a passé le goulet vient la partie de « glisse » pure où il faut s’attarder sur tous les « petits détails » d’aérodynamisme… Il n’y a plus de pente, alors il faut absolument garder la vitesse prise sur la première partie.

Après une saison 2015 de rêve, comment abordes-tu la prochaine ?
J’aborde cette saison avec beaucoup de recul. J’ai connu beaucoup de nouvelles émotions que je pensais ne jamais connaître. Maintenant je n’ai toujours pas connu la victoire et ça va être un objectif pour cet hiver. Mais je garde en tête qu’il faut toujours chercher le plaisir et l’envie d’aller vite avant tout. Le résultat n’est qu’une conséquence.
La grosse différence c’est que maintenant on m’attend, alors que l’année dernière personne ne me voyait faire cette saison.

Il y a peu d’épreuves en France et une se déroulera à Chamonix, qu’est-ce que cela te fait de courir à la «maison» ?
Qu'une épreuve ait lieu en France c'est déjà bien, mais à la maison, c'est carrément magique ! Quand, à 30 secondes du départ, tu es derrière le portillon et que le public — dont beaucoup d'amis — commence à crier "le prochain c'est le Chamoniard", je suis motivé à 120%. Ça reste des émotions et des souvenirs inoubliables.


Antoine Deneriaz, champion olympique de Descente en 2006

news image« Le Kandahar, sur la piste Verte des Houches évoque beaucoup de choses et principalement l'histoire du ski Français. Pour tous les coureurs, c'est un rêve de faire un bon résultat ici. Encore plus quand on est Français et habitant à quelques kilomètres seulement !

J'ai fait mes premières armes sur cette piste avec ma première descente en ouverture de coupe du monde en 1994. Cette descente a réellement marqué mon parcours. Pour nous tous, cette semaine à Chamonix est une fête et la météo reste un facteur important.

Nous avons été très sensibles à la motivation et au travail de toute l'organisation sur la piste afin de nous permettre de faire au moins une course ! Alors cette année, il va faire beau et j'espère bien concrétiser un beau rêve ! »


Luc Alphand vainqueur de la coupe du monde générale en 1997

news image"En France, seules deux stations organisent des coupes du monde de descente masculines, Val d'Isère et Chamonix, la Verte des Houches. Pour les coureurs, disputer une épreuve « au pays » est une véritable source de motivation.
Ma dernière participation en 1997 me laisse un souvenir très fort : Adrien Duvillard avait gagné les entraînements, j'étais deuxième. De nombreux supporters nous soutenaient, l'ambiance était incroyable !
Le jour de la course, j'ai frôlé la chute, puis je me suis battu pour essayer de rattraper mon retard. À l'arrivée, la joie d'être parvenu au bout de ce tracé très technique, n'a finalement pas été trop ternie par la déception de finir seulement cinquième.
Aujourd'hui le tracé est modifié, c'était une nécessité compte tenu de l'évolution des skis."


Le jeune espoir - Blaise Giezendanner

A l’instar de Guillermo Fayed, Blaise Giezendanner est un jeune skieur de la vallée, spécialiste de la Descente. Il a marqué ses premiers points FIS la saison dernière.
La Verte des Houches fut son jardin…

« Le Kandahar et la Verte des Houches évoquent beaucoup de choses pour moi. Je suis né à Chamonix et j’ai vécu aux Houches toute mon enfance. La Verte, je la connais par coeur, elle représente ma passion pour la Descente et est à l’origine de mon envie de faire du ski de compétition… Elle est aussi le bonheur que j’ai eu de pouvoir admirer des champions qu’on ne peut normalement voir qu’à la télé, à seulement cinq minutes de la maison et sur « ma » piste.

Je suis actuellement en stage de préparation au Chili avec le groupe Coupe du Monde Vitesse pour une durée de quatre semaines. J’ai de bonnes sensations sur les skis et l'intensité des entraînements commence peu à peu à monter… on augmente le rythme des séances et l'engagement.

Avec quelques-uns du groupe on a participé à nos premières courses de la saison ici à la Parva dans le cadre du South American Cup circuit (équivalent de la coupe d'Europe). J'ai enregistré ma première victoire en Descente, et une seconde place, aussi en Descente, sur la deuxième course.

Ces résultats sont de bon augure pour la saison à venir… J’aimerais tout d'abord confirmer le statut que j'ai obtenu la saison dernière en marquant régulièrement des points en Coupe du Monde, que ce soit en descente ou en super G, mais aussi courir à domicile sur le Kandahar et bien-sûr faire plaisir à toutes les personnes qui m’ont soutenu durant ma jeune carrière de skieur. »